frederic-boyer

Né à Prague le 14 janvier 1926, Frédéric Boyer fait déjà partie d’une famille de musiciens, son beau père Fernand Benedetti est violoncelliste à l’Opéra Comique et son demi-frère René Benedetti, également violoncelliste deviendra soliste à l’Opéra de Paris. Frédéric commence la contrebasse.

 

Un jour de sa seizième année, il se rend chez un luthier pour faire réparer sa contrebasse et là c’est la révélation.

 

1942: Il intègre la célèbre atelier parisien de Roger et Max Millant.

 

1943: Il part en apprentissage à Mirecourt en pleine occupation allemande.

 

Pendant près de 5 ans, il apprend la lutherie aux cotés de René Jacquemin et l’archeterie auprès de Louis Bazin.

 

1948: Il rentre à Paris où il est embauché par la Maison Enel. Il s’agit d’une des plus grandes entreprises de lutherie de Paris, et auprès de Charles Enel et de Pierre Enel (le cousin de Charles), il apprend à construire des violons dans l’inspiration des anciens, à les restaurer et à les expertiser.

1954: Cette collaboration s’achèvera malheureusement avec le décès de Charles Enel. Madame Enel, son épouse propose à Frédéric Boyer de rester à l’atelier, cette transmission ressemble à la succession d’un père à un fils…

 

1955: Naissance de son fils, Serge.

 

1960: Madame Enel décède et les héritiers, proposent naturellement à Frédéric Boyer de racheter l’atelier dans son ensemble. Dès lors, Frédéric Boyer s’adonne à sa passion, la fabrication dans l’inspiration des anciens maîtres italiens.

 

1960 à 1970: Ses violons sont signés « Frédéric Benedetti élève de Charles Enel, Paris ».

 

Dans les années 1960 à 1965, Frédéric Boyer décide de ne produire que des altos face à un marché en forte augmentation et vit cette période comme un vrai bonheur. En permanence, il a sous son établi des fournitures (fonds, tables et têtes) à l’état brut, et quand il voit passer un alto, italien et de préférence 18ème, le soir même, il en commence une réplique, à la manière du peintre qui croque l’esquisse d’un tableau sur le vif.

A cette époque sa vie est rythmée par 2 heures de fabrication le matin, autant le soir et chaque mois sort un alto.

 

1970: la lutherie connaît un renouveau. Il faut se souvenir qu’après la seconde guerre mondiale, les luthiers de Mirecourt avaient refusé de transmettre leur art à leurs descendants, le métier de luthier étant très difficile et peu rémunérateur. Faute de jeunes luthiers pour prendre la relève, Mirecourt verra sa ville s’endormir petit à petit pour ne plus compter que quelques luthiers aujourd’hui.

 

Toujours est-il que Frédéric Boyer construira tout au long de sa carrière plus de 200 altos, environ 50 violons et 5 violoncelles.

 

Poursuivant dans la tradition de la Maison Enel, co-fondatrice de l’EILA, il en deviendra membre et participera à partir des années 1970, à des congrès aux Etats-Unis, en URSS, en Allemagne… Bien que préférant comme bon nombre de luthiers son art aux mondanités, il en rapportera des souvenirs d’expositions d’instruments anciens, de discutions avec ses confrères qui se traduiront, d’alto en alto, par l’amélioration de ses modèles, de ses vernis et bien entendu de la sonorité.

Frédéric Boyer ne prévoyait jamais de commande d’instrument. Quand un musicien lui demandait de lui réserver un alto, sa réponse était : « je vous appellerais lorsque un instrument sera prêt ».

De cette façon, pas de contraintes, pas de couleur imposée, pas de modèle, rien, uniquement la liberté de créer, d’améliorer chaque instrument selon son inspiration, le vrai bonheur du créateur.

 

Parallèlement, la Maison Boyer négocie bon nombre d’instruments anciens comme Antonio Stradivarius, Joseph Guarnérius, Andréa Guarnérius, Nicolas et Hieronymus Amati, …ce qui permet à Frédéric Boyer de s’adonner à ses recherches sans trop d’inquiétudes.

De sa formation d’archetier chez Louis Bazin à Mirecourt, il en gardera une passion pour les archets et aujourd’hui encore, la Maison Boyer s’occupe de la négociation d’archets de grande valeur.

 

1981: Serge, son fils, revient partager l’établi avec Frédéric et c’est en 1984 qu’il reprend la direction de la maison.

 

A partir de cette date, Frédéric s’adonne à sa passion de copiste jusqu’à son décès en 2005.

LES RÉALISATIONS DE FRÉDÉRIC BOYER