charles_enel

Fils de Jules Enel et de Louise Vigneron ( famille du célèbre archetier Arthur Vigneron), il naît le 14 juillet 1880 à Mirecourt (Vosges).

 

Il fait son apprentissage dans les ateliers de Grillon, Gustave Bazin et entre comme ouvrier chez Léon Mougenot, maison mircurtienne très réputée.

 

Très rapidement et devant ses compétences d’établi, il obtient le diplôme d’ouvrier d’état auprès du Jury Départemental. Il part à Paris et intègre l’atelier d’Auguste Deroux, lui-même ex-premier ouvrier de la célèbre Maison Claude-Augustin Miremont.

 

Rentré du service militaire, il part à Genève chez Bertherat, puis à Lyon et revient à Paris chez Eugène Marchand. Linz en Autriche, Augsbourg et Stuttgart en Allemagne et enfin Genève chez Vidoudez (Suisse) font de son apprentissage un véritable parcours de compagnonnage.

 

C’est dans l’atelier genevois qu’Ernest Maucotel (associé à Hippolyte-Chrétien Silvestre) vient chercher Charles Enel. Cela démontre l’artisan qu’il était, la Maison Silvestre et Maucotel étant à l’époque l’une des plus prestigieuses Maison de France.

 

1909: Âgé tout juste de 29 ans, qu’il s’installe rue de Cléry à Paris, non loin de son cousin, le grand archetier Arthur Vigneron.

 

1911: Il transfère son atelier au 48 rue de Rome dans le 8ème arrondissement de Paris. Il s’adjoint les services de Félix Bollecker qui s’occupe de la partie commerciale de l’entreprise sous la raison sociale « Charles Enel and C° ». Cette collaboration s’interrompt avec la guerre de 14-18, à laquelle tous deux participent.

 

Charles Enel est en recherche permanentes de modèles ce qui l’amène à copier avec talent les plus grands auteurs italiens du 18ème , les bois sont toujours très bien choisis, ses vernis, d’un beau rouge transparent, parfois un peu craquelés. Il construit près de 220 violons, environ 30 violoncelles et quelques altos.

 

1920: Il fait venir son neveu Pierre Enel qui restera jusqu’en 1934 pour le seconder dans la haute restauration.

 

1947: Il est vice-président du Groupement des Luthiers et Archetiers d’Art de France (GLAAF).

 

1948: Charles Enel est nommé Expert auprès du Tribunal de Commerce de la Seine dans la spécialité des instruments du quatuor.

 

Frédéric Boyer intègre l’atelier comme ouvrier en août 1948.

 

1949: Il est l’un des membres fondateurs de l’Entente Internationale des Luthiers et Archetiers (EILA), l’élite de la lutherie mondiale.

 

1954: Charles Enel décède à Saint-Brieuc. Frédéric Boyer, devenu son principal collaborateur et héritier spirituel poursuit seul la gestion de l’atelier. Madame Céleste Enel, épouse de Charles Enel s’occupe des relations avec la clientèle.

 

1960: Après 12 ans passés dans cette prestigieuse maison, et suite au décès brutal de Madame Enel, Frédéric Boyer va poursuivre seul et assurer la pérennité de cette maison.

QUELQUES VIOLONS DE CHARLES ENEL